A la rencontre de Jeff Amann, fondateur de l’association Cœur d’enfant d’Afrique

Article : A la rencontre de Jeff Amann, fondateur de l’association Cœur d’enfant d’Afrique
24 septembre 2019

A la rencontre de Jeff Amann, fondateur de l’association Cœur d’enfant d’Afrique

Jeff Amann, blogueur passionné d’éducation ( Ph. Association CEA)

‘‘Notre plaidoyer s’inscrit dans la réflexion comme dans l’action.’’

Cœur d’enfant d’Afrique est une nouvelle association dans l’univers de la société civile ivoirienne. Une organisation de jeunesse pour la cause des enfants, qui adresse plusieurs problématiques liés à leur quotidien. Notamment le travail des enfants, les violences faites aux enfants, l’éducation, le droit, leur bien-être, etc.

Jean François Aman, consultant indépendant en communication des organisations et nouveaux médias, est l’initiateur de ce projet. Lui qui se définit comme un acteur social entend faire de son association un instrument efficace de plaidoyer pour la cause de l’enfant. Il se bat plus particulièrement pour un  accès inclusif à l’éducation et une éducation de qualité.

Le samedi 7 septembre 2019, le bureau exécutif de Cœur d’Enfant d’Afrique a fait sa rentrée associative, à Abidjan. Deux semaines plus tard, le blog Au pays des éléphants, brèves d’ici et là a tendu son micro au président pour en savoir davantage sur les perspectives de l’organisation.

Vous venez de faire votre rentrée associative, à quoi devons-nous nous attendre ?

La rentrée associative nous a permis de remobiliser l’ensemble des membres de l’association, à commencer par le bureau exécutif, et d’accueillir les nouveaux. L’enjeu était de leur présenter notre vision, les missions qui nous incombent, les possibilités qui s’offrent à nous mais aussi les challenges à relever en tant organisation de la société civile pour mieux nous projeter vers l’avenir et atteindre nos objectifs. Autrement dit, il était question de battre le rappel des troupes pour dérouler notre programme d’activités.

Quelles sont les missions que vous vous êtes assignées ?

Cœur d’Enfants d’Afrique entend conduire un plaidoyer pour l’éducation, le droit et le bien-être de l’enfant. Suivant cet objectif, qui est en même temps notre slogan, trois missions se dégagent. La première, notre priorité, c’est l’éducation. Non seulement l’accès à l’éducation, mais surtout une éducation de qualité pour tous. En trois mots, je dirai : accessibilité, inclusion et qualité.

La deuxième mission, c’est la promotion des droits des enfants. Déjà agir pour un accès inclusif à l’éducation, c’est agir en faveur du droit. Rappelez-vous, l’école est obligatoire en Côte d’Ivoire pour tout enfant dont l’âge se situe entre 6 et 16 ans. A côté de cela, il y a les violences basées sur le genre qui nous interpellent et contre lesquelles nous comptons nous battre. Pour la simple et bonne raison qu’un enfant émotionnellement instable et psychologiquement marqué par des violences sera difficilement productif à l’école.

Et en dernier essor, contribuer à la stabilité, au bon développement de l’enfant et à son bien-être de l’enfant par des activités citoyennes, culturelles et sportives.

A lire aussi : Cœur d’Enfant d’Afrique, un nouveau porte-voix de la cause de l’éducation en Côte d’Ivoire

Plus concrètement, que comptez-vous mener comme actions ?

Notre plaidoyer s’inscrit dans la réflexion comme dans l’action. Nous comptons, à terme, mener des enquêtes, produire des articles scientifiques et des rapports de hauts niveaux pour alimenter le débat et nourrir les réflexions sur les questions d’éducation et les autres thématiques qui retiennent notre attention concernant l’enfant. Mais pour l’heure, nos actions seront axées sur la formation, la sensibilisation, la mise à disposition de manuels éducatifs, promouvoir les possibilités d’apprentissage, la promotion des droits des enfants, etc.

D’ailleurs nous débuterons nos activités dans les tous prochains jours par un projet relatif aux droits des enfants. Le Projet Child Right Connect, en prélude à la célébration du 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant ce 20 novembre.

Vous êtes le fondateur de Cœur d’Enfants d’Afrique, d’où vous est venue l’idée et quelles sont vos motivations ?

Cœur d’Enfants d’Afrique est née des vestiges du blog www.enfantsdafrique.net qui traitait des mêmes thématiques. Ce blog m’a permis de se savoir qu’en 2016 en Côte d’Ivoire, 77% d’un large échantillon d’élèves en classe de CE1 n’avaient pas les compétences requises en lecture. Leur niveau en lecture a été qualifié de mauvais ou de très mauvais par rapport au niveau attendu et 80% des élèves n’avaient pas atteint le seuil suffisant de maîtrise en mathématiques.

J’ai aussi appris que plus de 1,6 million d’enfants ne vont pas à l’école, le taux d’achèvement dans le primaire est de 75,1%, le redoublement au primaire s’élève à 11% et enfin, un tiers des enfants ivoiriens vont à l’école pendant 10 ans, voire plus.

A lire aussi : Découverte d’une école atypique, au cœur dans un quartier résidentiel abidjanais

Par ailleurs, j’ai eu l’opportunité dans le cadre d’un programme sur l’éducation des enfants dans les zones cacaoyères, de parcourir plusieurs contrées de la Côte d’Ivoire. Grande fut ma surprise de constater que de nombreux enfants sont laissés pour compte, soit par manque d’infrastructures scolaires et soit à cause d’un déficit budgétaire au niveau des parents, qui préfèrent alors garder leurs enfants avec eux, à leur corps défendant.

Au vu de ces chiffres et de cette situation que je viens de décrire, je me suis senti interpellé. Or, déjà sous la bannière du blog, j’avais individuellement commencé à mener des actions en faveur de l’éducation. La promotion d’initiatives pertinentes d’école informelle, un crowfounding pour l’amélioration d’une infrastructure scolaire, une collecte de kits scolaires pour d’enfants de familles défavorisées… Pour plus d’efficacité et d’impact, j’ai démarché des personnes engagées, susceptibles de croire avec moi en cette vision. Et aujourd’hui, nous sommes une association : une mutualisation des forces et des énergies pour porter haut la cause de l’enfant.

A lire aussi : Ces invisibles du système éducatif ivoirien

Qui êtes-vous ? Qui est Jean-François Aman ?

Jean-Francois Aman ou Jeff Amann (c’est selon) est un jeune ivoirien, citoyen du monde engagé pour la communauté et la cause de l’humain. Pour ce qui est du côté social de mon profil. Au niveau professionnel, j’essaie de gagner ma vie en tant que consultant indépendant en communication et nouveaux médias.  J’ai en effet fait des études supérieures, un 3e cycle en communications des organisations, doublé de plusieurs années d’expériences en entreprise, que j’essaie de mettre à profit pour mettre un peu de beurre dans les épinards (Rires). Alors je vous attends pour discuter de production de contenus et de stratégie de développement de votre média.

Votre mot de fin ?

Merci à vous qui nous donnez l’occasion de nous exprimer via votre blog pour parler de cette initiative, à tous ceux qui nous soutiennent d’une façon ou d’une autre et pour terminer, une pensée à chacun des membres de Cœur d’Enfant d’Afrique. C’est ensemble que nous y arriverons !

A lire aussi : Côte d’Ivoire: l’association Cœur d’Enfant d’Afrique désormais opérationnelle

La rentrée en images…

Partagez

Commentaires