Pour comprendre l’énigme Maggi, un bouillon du quotidien…

Chère Mémé,

Chère Mémé, il faudra te faire ta propre opinion des bouillons MAGGI

Quelques Bouillons fabriqués en #RCI (Ph.ABC)

J’espère que tu vas bien. Ce qui me manque, depuis notre dernière rencontre, ce sont tes sauces dah, ton de fonio, et cette viande dont tu as l’art de cuir à cette huile de karité dont j’avais au début du mal à supporter le goût. J’espère que mes tantes et nombreux cousins t’aident dans les travaux divers. Ici tout va bien. Dieu merci. La capitale, ses bruits, sa circulation, ses nourritures, ses hommes, ses femmes, ses odeurs, sa cherté…Tout ce qui t’a captivé et dont tu as encore de bons souvenirs, je suppose.

Il y a quelques mois, la marque Nestlé – cette entreprise de 150 ans -, m’a inviter à visiter sa fabrique et son Centre de Recherche et de Développement de Yopougon. Je crois que cela fait partie d’une de ses stratégies, pour permettre aux uns et aux autres de se faire une opinion de tout ce qui se dit et s’écrit à propos des produits grandes firmes, notamment des présupposées effets de ses produits Maggi, sur la santé.

Ce travail de fourmis mettra du temps, pour faire changer les visions, les représentations, les discours. Mais bon, les termites réussissent a construire des châteaux, sans qu’on ne sache comment ? A mon avis, c’est aussi de la communication. Si le bouche à oreille a fait éterniser des traditions, pourquoi ne pas réutiliser ce système dont les griots sont les pionniers, au lieu de s’enliser dans un mimétisme classique imposé par les publicitaires.

Je voudrais te raconter ma journée, cette journée avec les femmes et les hommes de MAGGI, dans les détails, sans fard, ni merveilleux. Juste comment j’ai été impressionné, bluffé, satisfait après avoir entendu, vu, observé certaines choses, mais comment aussi, mon esprit, a refusé de comprendre la magie de la chimie servie à propos de certains points sur MAGGI.

Ce jour, je n’eu pas le temps de commencer le voyage depuis le siège. Le trajet, me semblait un peu, une perte de temps, surtout d’argent. Partir de Yopougon pour Adjamé et faire avec le groupe, le chemin inverse, n’était pas une bonne option. Je dépenserais inutilement de l’argent, surtout que eux, ils n’en donnent pas. Et ils me demandent de signer un papier pour dire que je cède tout, gratuitement, les images, sons, vidéos qu’ils ont faits prendre de moi. Mais M’nan, je ne suis pas un partenaire commerciale. Non, je n’étais qu’un invité. Si tu me vois demain, sur un support MAGGI, tu diras que je suis devenu riche, pourtant – j’aurais fait de mon image un cadeau à Nestlé. Les gens spéculeront pour dire qu’il est riche. Non. Il me faut bien d’abord comprendre ce document avant de l’envoyer. Avec les marques, quant tu sais que tu ne risque pas de gagner, adopte l’attitude de la prudence.

J’ai ce jour appris beaucoup. Tant sur les hommes que la structure. Sais tu M’nan que MAGGI à 130 ans ? Je me demande combien d’entreprises de notre pays ont cet âge. Le slogan a changé ou volué. C’est n’est plus ni Maggi le secret de la bonne cuisine, ni Maggi et nous, mais Avec Maggi, chaque femme est une étoile. Eux ils veulent seulement que les femmes soient des étoiles. Et nous qui donnons l’argent de la popote ? La Dame en tennis rouge, une patronne, a dit que c’était implicite et « non sexiste », puisque les femmes cuisinaient pour leurs hommes. « Mais non Madame ! » me dis-je dans ma tête. Dites-moi, et les grands chefs étoilés, les vendeurs de Garba, les étudiants dans les Résidences, qui sont des utilisateurs ; n’ont-ils pas aussi le droit d’être des étoiles ? Je pense que si le slogan a évolué, il devrait encore continuer d’évoluer pour prendre tous les genres en compte. Mais passons, je n’ai rien contre ce slogan. Personnellement, je préfère que toi tu sois mon étoile, que maman soit mon étoile, que toutes les femmes soient des étoiles.

Je sais, me diras-tu que j’aime les femmes. Non, j’aime les belles choses. Et la beauté d’une femme se remarque plus vite que celle d’un homme. Si homme et femme étaient des étoiles, je crois que les femmes étoiles brilleront plus que « les hommes étoiles. Alors Mémé, sache qu’avec MAGGI, CHAQUE FEMME EST UNE ETOILE. C’est plus explicite que de dire comme d’aucun aurais souhaité qu’AVEC MAGGI CHAQUE HOMME (au sens du genre) EST UNE ETOILE. Même moi, le scout, je mérite aussi d’être une étoile, pour au camp, guider mes jeunes, faire savoir aux parents que les enfants sont entre de bonnes mains et mangent bien. Mais, pour l’instant, le slogan est ciblé. C’est mieux.

#Composition des produits Maggi

Toutes les compositions des produits sont indiques sur les étiquettes. Les gens là nous ont montré beaucoup de choses, ont répondu à de nombreuses questions. Le bouillon MAGGI est composé des différents aliments que tu utilises dans tes affaires alimentaires là au quotidien. D’après la belle et rondouillette jeune dame qui nous a expliqué la composition du bouillon, Maggi veut nous simplifier la vie en regroupant tous nos aliments en un cube, une solution chimiquement préparé. Dans Maggi, il y a du mais, du manioc, de l’ail, de l’oignon, du piment, du clou de girofle, du sucre, du curcuma, du livèche, de l’erka, de l’huile de palme, du glutamate, du fer etc. des produits de chez nous provenant de la zone d’Abengourou et des produit d’ailleurs. Finalement, Maggi là, c’est sauce, il reste viande seulement.

Liveche, un élément entrant dans la composition du bouillon (Ph.ABC)

N’an je te dis, la dame là connaît papier. Elle est ingénieure. Diplômée de Polytechnique. Moi les femmes qui connaissent papier, sont formidables à écouter. Elles font leur travail avec passion, sérieux et professionnalisme. C’était intéressant de la voir se faufiler dans les explications.

# N’nan Maggi là c’est pas bon!

De nombreux propos indexent la qualité des bouillons produits par la firme suisse et leurs impacts sur la santé. On dit communément que Maggi ce n’est pas bon. Tu me le dis souvent.  J’avoue que moi, pour l’instant, Je n’ai pas le choix de faire des choix de bouillons. Il m’arrive de manger dehors. Il n’y a pas d’explication scientifique, mais les bouillons seraient à la base de nombreuses maladies cardio-vasculaires. Pourtant cela fait 130 ans que ce diabolique  bouillon existe. Comment a-t-il fait pour résister au temps ? L’Etat sait-il que ce n’est pas bon pour la santé? Si tel est le cas, pourquoi laisser un produit toxique tuer les populations doucement ? Pourquoi les populations acceptent-elles de s’empoisonner volontairement ?

Hum, cette affaire n’est pas simple comme la sorcellerie. Les produits Maggi subissent au moins 400 tests. Et des hommes et des femmes sont payés pour les gouter, les tester avant leur mises sur le marché. N’nan, dans le groupe des gouteurs, il y en a même que s’appelle Madame, Monsieur GOUT. J’imagine combien leurs langues souffrent hein…Mais ce n’est pas mon affaire. Chacun son métier dans la vie.

J’ai posé tout de même la question. Je voulais qu’eux qui sont dans la boite puissent me donner leurs avis sur la rumeur. M. Ouadraogo Désiré, de passage  à Abidjan qu’une dame de la maison à même confondu à un médecin, mais qui est un haut responsable du marketing à Accra, a donné sa version des faits. Selon lui, « ce sont les activistes qui s’attaquent à certaine firme pour les discréditer. On dit ce n’est pas bon, mais qu’est ce qui n’est pas bon ? Maggi cube ? Tablette ? Poulet ? On ne le dit ».

Était-ce la réponse à laquelle je devais m’attendre ? A-t-il véritablement répondu à ma question ? J’ai senti que cette question l’a un peu irrité. Eux tous d’ailleurs. Chacun voulait se défouler en répondant.

Le cousin Bagary Fofana, un fils de la maison rappelé d’Arabie Saoudite, Responsable de Qualité,  a avancé que Maggi était « sa boisson préférer » et que chaque matin il en buvait une tasse de café pour commencer sa journée. J’ai dit dans mon ventre « Tchièè, mais le gars là il donne quoi hein ! » (PS. Donner veut dire mentir).

N’nan le gars là, il ne dit pas la vérité. Comment une telle rumeur a-t-elle pu s’enraciner dans les subconscients au point où les enfants la répercutent?

Moi je sais que dans l’un des produits, il y a l’aflatoxine. On m’aurait dit que c’est toxique. Mais il faudra retenir que le problème des gens c’est le taux de sel. L’ivoirien n’a pas la mesure du sel. « Le sel iodé est l’élément de base dans les bouillons. La moitié de Maggi est du sel. Quand la proportion de sel dans la nourriture n’est pas mesurée, l’homme s’intoxique sans le savoir » a expliqué la dame ingénieure. Madame KABA qui est la Directrice de la communication institutionnelle d’ajouter : « on éduque les populations à l’issue de nos bouillons. Il faut 2 tablettes pour un repas de 6 personnes. Une consommation démesurée de sel expose à des maladies cardio-vasculaires»

Bon c’est leurs avis, c’est leur produit, ils doivent la défendre et se défendre. Je ne fais pas de commentaire.

Tu sais, et tu me l’a toujours reproché, j’écris beaucoup que je ne parle…Je te laisse dormir pour ce jour. Demain, tu recevras mon deuxième courrier.

Bizou…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *